12 avril 2019

In memoriam

Claus Ernst Geyer a arpenté en profondeur le massif interrégional de la forêt de Soignes.
Passionné d'ornithologie, il y a notamment fait l'inventaire des nids d'autours des palombes. La précision dont il a fait preuve dans la réalisation de ce travail et son suivi annuel ont permis aux gestionnaires des trois régions d'obtenir des informations précieuses sur l'état de santé de la population de ce rapace devanu emblématique de notre forêt.
Nous sommes nombreux, gardes forestiers et naturalistes, à l'avoir rencontré au fil de ses recherches et à avoir pu apprécier sa personnalité et sa passion.

Nous avons appris son décès survenu ce 7 avril à Bruxelles à l'âge de 78 ans.

Les forestiers et biologistes de Bruxelles Environnement, du DNF et de l'ANB se joignent à ses proches en pensées.

Autour des palombes (Accipiter gentilis)
Forêt de Soignes, triage de Boendael

5 décembre 2018

"On ne peut plus rien faire, ici !" #2

(© E.Collet)


Les usagers de la forêt de Soignes sont souvent perdus devant la réglementation liée à la promenade du chien en forêt.

De leur côté, les forestiers sont face à une problématique croissante portant atteinte aux fonctions de ce massif forestier exceptionnel aux portes de la capitale.




"Qu'en est-il de la promenade des chiens en forêt de Soignes : laisse ou pas laisse?"


En Belgique, le Code Forestier prévoit l'obligation de tenir son chien en laisse dans les bois et forêts, partout et à toute heure, toute l'année.
Dans la partie bruxelloise de la forêt de Soignes, cependant - et seulement dans la partie bruxelloise! - il a été décidé de désigner des zones de protections spéciales (incluant réserves naturelles, forestières et archéologiques) dans lesquelles la laisse est obligatoire.
En dehors de ces zones, la laisse n'est donc pas obligatoire, mais cela ne veut pas dire pour autant que le chien peut courir librement : le propriétaire d'un chien a l'obligation d'en garder la maîtrise à tout moment.

En région bruxelloise - et, là encore, uniquement en région bruxelloise - les gardes forestiers accompagnés de leur chien sont soumis aux mêmes règles.

"Mais qu'est-ce que mon chien fait de mal?"


Toute la problématique liée aux chiens en forêt de Soignes est relative aux chiens non-maîtrisés.
Ces derniers ont un impact important sur deux fonctions essentielles de la forêt:

Comment assurer la libre circulation des autres usagers?
Triage de Boendael, Uccle

La fonction récréative : il revient de la responsabilité du propriétaire de chien de ne générer aucune gêne pour les autres usagers. Nous recueillons plusieurs fois par semaine de multiples plaintes de promeneurs qui ne se sentent plus en tranquilité, voire en sécurité, lors de leur jogging ou leur promenade - y compris des promeneurs avec chien!
La libre circulation des véhicules du personnel forestier ou des services de secours (!) doit être assurée également.






Renard attaqué par des chiens
Bois du Laerbeek, Jette
(© E.Collet)
La fonction écologique : l'impact des chiens non maîtrisés sur la biodiversité est lourd. Songez que la forêt de Soignes abrite une faune diversifiée et parfois rare et menacée.
En effet, tous les mammifères sont impactés par la liberté des chiens (chevreuils, mais aussi renards, mustélidés, hérissons, lapins), les reptiles et amphibiens le sont tout autant (dont la rare et menacée salamandre tachetée!), mais également près de 20 espèces d'oiseaux vivant et/ou nichant au sol ou près du sol (dont la rare bécasse des bois). Enfin, tous les oiseaux d'eau sont impactés (dont les rares râles d'eau et grèbes castagneux)

Brocard de 20kg tué par un chien
Triage de Bonne-Odeur, Watermael-Boitsfort

Bécasse des bois
Ce petit échassier forestier vit, se nourrit et niche au sol toute l'année


Le timide grèbe castagneux
Etang du fer à cheval, triage de Boendael, Watermael-Boitsfort
Il fait son nid à la surface de l'eau, dissimulé dans la végétation
Un chien dans l'étang du Fer à Cheval
Le nid de grèbes castagneux a été détruit par le chien.
Les parents ont déserté l'étang

(© E.Collet)


Enfin, et c'est le plus important, l'impact n'est pas à évaluer à l'échelle individuelle d'un promeneur et de son chien, mais à l'échelle de la fréquentation de la forêt de Soignes : le massif accueille en effet plus de 9400 promeneurs par hectare par an, dont plus d'un tiers se promène avec au moins un chien (chiffres de 2012), ce qui ferait une moyenne annuelle de 42 000 000 visiteurs par an pour l'ensemble du massif, soit potentiellement 14 000 000 chiens par an !

"Très bien. Mais garder la maîtrise de son chien, ça veut dire quoi?"


Cela veut dire être simplement en mesure d'éviter
  - qu'il s'éloigne en dehors des chemins
  - qu'il se baigne dans les étangs et les ruisseaux
  - qu'il incommode les autres usagers
  - qu'il gène la criculation des véhicules forestiers ou de secours

Un chien qui marche sans laisse devrait marcher près de son maître, ce qui permettra à ce dernier d'être en mesure d'anticiper les actions ou réactions de son chien.

Cela implique la nécessité d'être en interraction permanente avec son chien, de le garder à vue à tout instant, de le rappeler régulièrement. S'il court et joue, cela doit être avec son maître et non avec un joggeur croisé au hasard ou derrière un chevreuil ou un canard.

Ceci semble contraignant ? C'est pourtant la promesse pour le chien et son maitre de jouir ensemble de la promenade.

Cependant, ceci n'est possible que durant le jour, lorsqu'on est en mesure de voir son chien et son environnement. La nuit, préférez promener votre chien en laisse.

Pour conclure : soyez acteurs de la forêt et non simples consommateurs, elle vous le rendra en mille.


15 octobre 2018

Journée de la Forêt de Soignes 2018




Comme lors de l'édition 2017, je guiderai deux promenades à la découverte de la gestion de notre forêt :
Pourquoi gérer la forêt de Soignes? Quels sont les objectifs de cette gestion? Quels enjeux face au changement climatique?
Vous en saurez également davantage sur le métier du garde forestier, trop souvent perçu comme le gendarme qui "fait des rondes".



    QUAND?
Dimanche 21 octobre 2018
Première balade à 11h00
Deuxième balade à 14h30

    OÙ?
A la porte de Uccle-Watermael-Boitsfort (Hippodrome)
Au départ de l'étang du Fer-à-Cheval (Vallon des Enfants Noyés)

    COMMENT?
La balade guidée durera 2h30 maximum (3,5km)
Prévoir chaussures et vêtements adaptés à la météo
N.B. Les chiens devront être tenus en laisse durant la balade

D'autres activités auront lieu aux différentes portes d'accueil. Le programme complet se trouve sur la page de la Journée de la Forêt de Soignes ainsi que sur notre page Facebook

4 avril 2018

In memoriam


Michel Maziers était un amoureux passionné de la forêt de Soignes.

Professeur d'histoire à l'Athénée Royal Ernest Solvay à Charleroi, il s'était engagé sans compter dans la collecte et la diffusion du savoir sur la grande et les petites histoires de notre belle forêt.

Secrétaire général de la Ligue des Amis de la Forêt de Soignes, il a publié quelques ouvrages majeurs et participé à la publication de nombreux articles sur l'Histoire de Soignes.

Esprit ouvert et personnalité généreuse, il partageait volontier son temps avec le promeneur qui venait à le questionner sur sa passion. Croiser son chemin en forêt n'était jamais un moment perdu!

Michel Maziers est mort chez lui à l'âge de 80 ans.

La forêt de Soignes perd une de ses grandes personnalités.

Les forestiers se joignent à ses proches dans son souvenir.




12 janvier 2018

2018

Une très bonne année à tous!




Que 2018 puisse voir aboutir tous nos vœux pour nos bois régionaux et notre chère forêt de Soignes!

13 novembre 2017

Exposition Soignes, ma Belle

Depuis le 30 septembre, l'Institut Paul Hankar présente une exposition de Luc Teper consacrée à notre forêt de Soignes.

Cette exposition dure encore jusqu'au 30 novembre et c'est aux Halles Saint-Géry.




Source : Echo Nature

Info : Le site des Halles Saint-Géry

1 octobre 2017

Journée de la forêt de Soignes



A noter dans vos agendas : le dimanche 15 octobre 2017 se déroulera la journée de la forêt de Soignes, organisée par la région bruxelloise en coordination avec les trois régions gestionnaires de notre belle forêt.

L'ensemble des acteurs de la forêt de Soignes, associations et administrations, assurera un accueil et de nombreuses activités au départ des différentes portes de la forêt de Soignes à l'attention des familles : expositions photographiques, promenades guidées, démonstrations.


Le service forestier bruxellois sera présent à Uccle/Boitsfort et à Rouge-Cloître :

UCCLE-BOITSFORT:















Rallye pédestre ludique pour les familles : 4km d'un parcours fléché, 20 questions sur la forêt de Soignes, son histoire, sa gestion, sa faune et sa flore. FR/NL
Nombre de personnes : Libre
Départs et durée : Libres

Visites guidées :

- A la découverte des réserves naturelles des enfants Noyés et du Vuylbeek en compagnie d'un biologiste de Bruxelles-Environnement.  FR/NL
Nombre de personnes : max 25, public averti : > 5km sur tous type de chemins..
N.B. : Chiens en laisse
Départs et durée : 10h30 et 14h. > 2h

- A la découverte de la gestion de la forêt de Soignes, des défis présents et futurs en compagnie d'un garde forestier. FR
Nombre de personnes : max 25, public averti : > 5km sur tous type de chemins..
N.B. : Chiens en laisse
Départs et durée : 10h00 et 13h30.  2h30

ROUGE-CLOÎTRE:















Visite guidée à la découverte de l'univers passionnant du forestier, de la gestion de la nature. FR/NL
Nombre de personnes : max 25, public averti : > 5km sur tous type de chemins.
N.B. : Chiens en laisse
Départs et durée : 10h00, 10h30, 11h00, 13h30, 14h00, 14h30. > 2h30

Démonstration d'abattage et de débardage au cheval, à 20 min à pieds du Rouge-Cloître (fléché)

Le programme complet des autres activités proposées est disponible sur le site internet de l'événement :

19 juin 2017

Reconnexions

Les automobilistes coincés dans les embouteillages sur le Ring 0 le savent trop bien, d'importants travaux sont en cours entre Groenendael et Waterloo. Les gens pestent, s'étonnent ou s'indignent que l'on coupe des arbres pour construire un pont et installer une clôture.


Mais de quoi s'agit-il?

Il suffit de se pencher sur une photo aérienne pour se rendre compte à quel point notre forêt de Soignes est morcelée : drèves, chaussées et avenues, autoroutes et voie de chemin de fer, de nombreux axes de communication la traversent.


Ces voies de communication représentent autant d'obstacles pour une quantité surprenante d'animaux. Bien sûr, le chevreuil est la première espèce à laquelle on pense, et à juste titre : les individus qui s'essaient à traverser ces axes routiers en réchappent rarement. Mais tous les mammifères sont impactés par la circulation routière.

Auderghem/Jesus-Eik - Bretelle E411 - Chevreuil
Uccle - Drève de Lorraine - Chevreuil
Uccle - Drève St-Hubert - Chevreuil



Auderghem/Hoeilaart - Welriekendedreef - Chevreuil

Uccle - Drève du Haras - Sanglier (Ph: D.Dusaer)

Uccle - Drève de Lorraine - Sanglier (Ph: D.Dusaer)
Uccle - Chaussée de la Hulpe - Renard
Jesus-Eik - E411 - Blaireau (Ph : O.Schoonbroodt)


Uccle - Drève St-Hubert - Putois d'Europe


















Uccle - Drève de Lorraine - Putois d'Europe













Beaucoup d'entre vous connaissent la problématique des traversées de batraciens au cours de leurs transhumances annuelles. En effet, les grenouilles rousses, crapauds communs et tritons passant leur vie en forêts vont, au moment de la reproduction, rejoindre la mare ou l'étang qui les a vus naître. Ils feront le chemin inverse après la ponte. Les jeunes iront à leur tour faire leur vie en forêt jusqu'à ce qu'il soit temps pour eux de reproduire le cycle. Les batraciens paient un lourd tribut sur nos routes.

Mais savez-vous que la rupture du massif forestier par ces voies de communication représente également un problème pour nombre d'espèces de chauve-souris forestières? Celles dont le territoire de chasse est dépendant du couvert forestier font demi-tour lorsqu'elles trouvent un vide. En effet, ces espèces chassent au plus près des arbres, et se repèrent à ceux-ci. L'absence d'arbres sur la largeur d'une autoroute représente une rupture de leurs repères.
L'éclairage des routes représente lui encore un problème pour les espèces strictement forestières : ces chauve-souris sont en effet lucifuges, c'est à dire qu'elles fuient la lumière. Dès lors une route éclairée représente pour elles un obstacle infranchissable. Et les individus qui tentent malgré tout la traversée le font en volant très bas et sont alors victimes de la circulation!
C'est d'ailleurs cette seule raison qui a motivé l'absence d'éclairage public sur la drève de Lorraine et certains tronçons de la chaussée de La Hulpe.

D'où l'importance de défragmenter les massifs en les reconnectant, démarche répondant au programme européen Life+Ozon qui investit auprès des régions dans la création d'infrastructures permettant la circulation de la faune.

Ces infrastructures sont de deux types :
  -  infrastructures souterraines par la création de tunnels à faune (ou l'aménagement de tunnels existants) et la création de crapauducs
  -  infrastructures aériennes par la création d'écoducs - ou éco-ponts - et de "ponts d'arbres".

Tunnels

- Tunnels existants : réaménagés pour favoriser le passage des animaux. Certains ont reçu des aménagements permettant l'hibernation des chauve-souris.

L161 - Watermael-Boitsfort - Secteur Longue-Queue
E411 - Auderghem - Secteur Trois-Fontaines/Rouge-Cloître


- Nouveaux tunnels : installation de buses de différents diamètres en fonction de la faune ciblée.
L161 - Watermael-Boitsfort (Ø 40cm)

L161 - Watermael-Boitsfort - Étang de l'Hermite (Ø 1,2m)

Crapauducs

Duboislaan, Groenendael - Étangs de la Patte d'Oie

Deux crapauducs ont été créés sur des axes de la partie de la forêt de Soignes sous gestion de la région flamande (ANB). Il s'agit de petits tunnels passant sous les routes aux endroits identifiés comme des axes de migration majeurs. Les tunnels sont ajourés car les batraciens ne les empruntent qu'à la conditions qu'ils voient le ciel! Les abords de ces voiries sont évidement aménagés pour guider crapauds, grenouilles et tritons vers les tunnels.




L'agence flamande de gestion de la nature nous informe par ailleurs que les crapauducs ne bénéficient pas qu'aux amphibiens : une martre a en effet été filmée à Anvers dans ce type d'infrastructure! C'est à lire sur le site de Natuurpunt.

Ponts d'arbres
Ring 0, Hoeilaart
De nombreux portiques ont été installés au dessus de nos autoroutes. Ils reçoivent l'affichage des conditions de trafic, diffusent éventuellement des alertes (accident, files, etc) ou portent différents appareils tels que radars de contrôle de vitesse par exemple.
Certains de ces protiques ont reçu l'aménagement de gouttières permettant le passage de la faune arboricole (écureuils, etc).
Pour être opérants, ils sont reliés aux arbres de la lisière par de grands filets de cordes. Ces filets assurent également la continuité de repères indispensables aux chauves-souris forestières.

Écoducs
Et enfin, c'est ici que les automobilistes empruntant le ring entre Groenendael et Waterloo comprendront la raison de leurs embarras de circulation.

Un premier pont écologique a été construit en Région Bruxelloise à la faveur de l'élargissement de la ligne de train L161 (Bruxelles-Arlon) en vue du développement du réseau RER.
Infrabel, en contre partie de l'expropriation d'une partie de la forêt, a investi aux côtés de la Région Bruxelloise dans la construction de ce point, ainsi que dans l'aménagement des tunnels et bunkers à chauves-souris mentionnés plus haut.


Créé sur base de l'éco-pont existant en forêt de Meerdaal, il s'agit d'un vaste pont végétalisé visant à la traversée de la grande faune. En son centre, un andainage de grands troncs permet la traversée de la plus petite faune tels que les mustélidés et autres hérissons.

De part et d'autre de la voie de chemin de fer ont également été andainés les arbres coupés lors de l'élargissement de l'emprise SNCB : ces andains assurent une barrière naturelle guidant la faune vers le pont. Ils offrent en outre un habitat favorable à la petite faune.



Un deuxième écoduc est donc en construction au dessus du ring 0. Bénéficiant de fonds européen venant compléter les investissements de la région flamande (pont et partie de clôture propre) et de la région Wallone (tronçons de clôture installés sur territoire régional wallon), il s'agit d'un ouvrage de grande envergure qui assurera un remembrement des massifs séparés par l'autoroute.

Ring 0, Groenendael


Mais ces infrastructures à elles seules ne suffisent pas à la réussite du projet de reconnexions : comme vous le verrez plus tard, le succès sera conditionné par l'absence de circulation du public forestier!

A suivre, donc.

Monitoring

Investir dans des infrastructures de reconnexion sans assurer le suivi de leur efficacité n'a pas beaucoup de sens.

Caméra automatique
Le pont et chaque tunnel ont donc été équipés de caméras automatiques nous offrant d'importantes informations sur la faune qui les empruntent. Ces images (plusieurs milliers de clichés par caméra par mois!) sont en outre utilisées dans la mise à jours d'atlas régionaux, tels que l'atlas "Mammifères" de Bruxelles. Par ailleurs, d'autres dispositifs de suivis ont été installés dans ces infrastructures, tels que les pièges à empruntes ou les snakes plates, tapis visant à mettre en évidence la présence d'orvets (atlas herpétologique de Bruxelles)

Piège à empruntes - Empruntes de chevreuils, et malheureusement de bottines

Petite présentation, non exhaustive, de l'efficacité de ces infrastructures de reconnexion (n'hésitez pas à cliquer sur les photos) :

Chevreuil - Groupe hivernal
Chevreuil - Magnifique brocard
Renard - Couple à l'entrée d'une buse
Chevreuil - Chevrette gestante et son chevrillard




Fouines
Putois d'Europe
Putois d'Europe



Mustélidé à déterminer

Belette
Écureuil roux
Bécasse des bois




Lapin de garennes
Hérisson































Et un intrus : 

Chat domestique